Femme enceinte

Je n'arrive pas à tomber enceinte : pourquoi ?

Les examens utiles quand bébé se fait attendre

Aujourd’hui encore, nombre de femmes se lancent trop vite dans des tentatives de procréation médicalement assistée. D’où l’importance du premier bilan médical effectué.

impossible de tomber enceinte

Parfois il s’agit d’un blocage

On oublie trop souvent que le psychisme joue un rôle capital dans la reproduction. Quand la grossesse tarde à venir, se confier à un médecin est indispensable. Une bonne relation favorise le dialogue qui doit à tout prix s’instaurer pour permettre de cerner la, ou plus souvent, les causes de l’hypofertilité.

Parfois, la solution apparaît lorsque le praticien interroge le couple sur les moments pendant lesquels les rapports sexuels ont lieu. « Il n’est pas rare de découvrir que le mari, en déplacement, rate chaque mois la période d’ovulation », explique le Pr Salles, gynécologue, spécialiste de l’hypofertilité, à l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon.

Indispensable, un spermogramme

Quand un couple ne parvient pas à concevoir un enfant, le problème peut venir de l’un ou de l’autre. « Pourtant, trop de femmes subissent des examens traumatisants, alors que rien n’a été demandé à l’homme », affirme le Pr Salles. La logique veut qu’on débute par une analyse des spermatozoïdes de l’homme (spermogramme). Parfois, aucun partenaire n’est stérile, mais il existe une incompatibilité biologique entre les deux. Un prélèvement au niveau du col de l’utérus, après le rapport sexuel (test post-coïtal) est effectué pour vérifier que la glaire cervicale n’arrête pas les spermatozoïdes. De plus, nombre de pathologies perturbent la fécondité. L’interrogatoire et l’examen médical doivent les rechercher avant tout recours à la procréation médicalement assistée.

Vérifier la courbe de température

Il est nécessaire d’apprécier la qualité de l’ovulation en demandant à la femme d’effectuer une courbe de température et en réalisant une prise de sang. « On ne se précipite pas pour stimuler les ovaires d’une personne qui a des ovulations », insiste le Dr Christian Jamin, endocrinologue à Paris. Avant de stimuler des ovaires, une hystérographie (radio de l’utérus) permet de s’assurer que les trompes ne sont pas bouchées. Enfin, la fécondité diminue avec le temps. De plus, l’âge tardif de la première grossesse (29 ans, en moyenne) explique un certain nombre d’hypofertilités.

Pourquoi un bilan sanguin ?

Une prise de sang est indispensable pour évaluer la fertilité de la femme. Elle comprend :

  • le dosage des hormones impliquées dans la fonction ovarienne : FSH, LH, estradiol, delta 4 androstène dione, testostérone…
  • le dosage des hormones témoins de l’activité thyroïdienne (TSH) et hypophysaire (prolactine et hormone de la lactation)
  • le dosage de l’inhibine B, protéine synthétisée par l’ovaire, qui rend compte de son « âge » physiologique, c’est-à-dire de sa capacité à fournir encore des ovules de bonne qualité
1 Commentaire(s) Poster un commentaire
Sarah le 19/01/2016 à 11:27
Comme vous l'expliquez bien, il y a de multiples raisons qui peuvent expliquer qu'on n'arrive pas à tomber enceinte. La première étant tout simplement le fait que les relations sexuelles ne s'effectuent pas au moment de l'ovulation. Ce n'est généralement qu'après une année de tentative qu'on conseille d'effectuer des tests ou de prendre des compléments alimentaires qui auront pour but de favoriser et de stimuler la fertilité (aussi bien masculine que féminine).
Une remarque ? Laissez un commentaire

5336