Femme enceinte

La fécondation in vitro : qu'est ce que c'est ?

Dans les conditions naturelles, la rencontre entre la cellule reproductrice de la femme (ovocyte ou ovule) et le spermatozoïde a lieu à l’intérieur de l’appareil génital féminin : c’est la fécondation in vitro.

Dans certains cas d’infertilité rendant cette rencontre naturelle impossible, la fécondation en dehors de l’organisme, dans une éprouvette, dite « in vitro », peut être proposée. L’embryon qui en résulte est transféré dans l’utérus entre le 2eme et le 6eme jour suivant la fécondation.

C’est une technique qui permet d’obtenir une grossesse dans environ 23 % des cas. Les grossesses sont multiples dans 30 % des cas et aboutissent à un accouchement 3 fois sur 4. La première fécondation in vitro avec succès en France à eu lieu en 1982 à l’hôpital Antoine Béclère (Clamart). Depuis, des dizaines de milliers d’enfants sont nés grâce à cette technique.

La fécondation in vitro est une procédure complexe de PMA encadrée par une loi de bioéthique qui impose des règles à respecter.

FIV : fécondation in vitro

Quels types de stérilité peuvent bénéficier d’une FIV ?

La rencontre entre l’ovocyte et le spermatozoïde (la fécondation) a normalement lieu au niveau d’une des trompes utérines. Les atteintes irréversibles de celles-ci ont été les indications initiales de la FIV.

Trompes absentes, malformations congénitales, trompes altérées, imperméables suite à des infections à répétition, trompes enlevées après grossesse extra-utérine …
Ces dernières années, les indications de la FIV se sont élargies en incluant :

  • d’autres types de stérilités d’origine féminine : anomalies de la glaire cervicale rendant difficile le passage des spermatozoïdes, incompatibilité immunologique entre les sécrétions de la femme et les spermatozoïdes entraînant leur destruction, endométriose utérine qui perturbe l’ovulation
  • des stérilités d’origine masculine (nombre insuffisant de spermatozoïdes)
  • les échecs de différents traitements antérieurs : stimulation de l’ovulation, insémination artificielle

Les avantages de la FIV

La FIV est une technique efficace donnant un fort taux de réussite par tentative, se rapprochant de celui naturellement observé dans les couples fertiles. Elle apporte des bénéfices nettement supérieurs aux risques théoriques tant pour le couple que pour l’enfant à naître.
C’est une technique reproductible qui permet à toutes les équipes du monde d’obtenir des résultats identiques.

Les Inconvénients de la FIV

Ils regroupent essentiellement les risques de la PMA :

  • le risque d’hyperstimulation ovarienne avec ses douleurs abdominales pouvant conduire à une hospitalisation
  • le risque de grossesse multiple (il est de plus en plus restreint avec le transfert de moins de trois embryons)
  • la nécessité de congeler des embryons obtenus en surnombre qui engage la responsabilité tant du le médecin que du couple.

Le transfert des embryons

La date du transfert qui consiste à déposer les embryons dans l’utérus de la femme et le nombre d’embryons à transférer sont décidés conjointement par l’équipe de PMA et par le couple. Idem pour la décision de congélation des embryons surnuméraires
Le transfert se fait au centre de PMA, le plus souvent le deuxième ou troisième jour après la fécondation.
Mais il se fait de plus en plus au 5ème ou au 6ème jour, ce qui permet selon de nombreuses études d’être sûr que l’embryon est viable, de transférer moins de trois embryons et surtout de transférer des embryons qui sont à peu près au même stade de développement que s’ils étaient arrivés dans le corps de l’utérus dans les conditions physiologiques.
En pratique, la femme est installée en position gynécologique sur la table d’examen, un spéculum vaginal est mis en place pour bien visualiser le col de l’utérus. Les embryons sont aspirés de leur milieu de culture par un cathéter fin et souple et directement déposés dans l’utérus. Ce geste est indolore. La patiente devra rester allongée au moins une demi-heure pour éviter des contractions utérines et peut ensuite reprendre une vie normale.
Le médecin doit être prévenu au plus vite en cas de saignement, de fièvre, et avant toute prise médicamenteuse.
Un début d’une grossesse sera recherché le 14ème jour par le dosage de la béta-hCG (témoin de l’implantation et du développement de l’embryon) et la grossesse sera confirmée par une échographie.

En quoi consiste la stimulation ovarienne?

La stimulation ovarienne consiste en l’injection quotidienne dès le début du cycle, d’hormones favorisant la maturation des follicules et la libération des ovocytes (ovulation).
Elle a deux types d’indications :

1 – les troubles de l’ovulation (pas d’ovulation, sécrétion naturelle insuffisante, perturbée ou absente des hormones contrôlant l’ovulation (gonadotrophines LH, FSH), inadéquation de la croissance des follicules et de l’ovulation).
Dans ces cas, le but est d’obtenir si possible, le développement d’un seul follicule. Avant de recourir à la stimulation, un autre traitement inducteur de l’ovulation plus simple a pu être proposé (citrate de clomifène Clomid®).
2 – Les techniques de PMA même chez des femmes ayant des cycles ovulatoires normaux.
Dans ces situations le but est double : obtenir le développement de plusieurs follicules à la fois afin de disposer de plusieurs ovules fécondables « in vitro » et maîtriser totalement la date de l’ovulation.

Le bon déroulement de la stimulation est contrôlé par le monitorage qui consiste à faire des échographies et un dosage sanguin du taux d’estradiol. Les échographies suivent le développement des follicules qui grossissent de 1 à 2 mm par jour et notent l’état de la muqueuse de l’utérus. Le dosage d’estradiol est un reflet de la sécrétion hormonale des follicules et de leur maturité. Le taux est très élevé à la maturité des follicules. Une stimulation est réussie pour la FIV par exemple si une dizaine de follicules de 18 mm est obtenue entre le 10e et le 12e jour du cycle.

Le risque majeur d’une stimulation de l’ovaire est le syndrome d’hyper-stimulation. Il se manifeste par des douleurs au bas ventre accompagnées de nausées, vomissements, ballonnement abdominal. C’est une urgence médicale.

0 Commentaire(s) Poster un commentaire
Aucun commentaire pour le moment.
Une remarque ? Laissez un commentaire

4623